Tous les articles classés dans : CINEMA

Room de Lenny Abrahamson

Le film à ne pas rater cette semaine est Room de Lenny Abrahamson. Vous en avez sûrement entendu parlé avec l’Oscar plus que mérité, reçu par Brie Larson l’interprète de Ma et les nominations reçues par le film pour meilleur réalisateur, meilleur scénario et meilleur film. Room raconte l’histoire de Jack, 5 ans qui n’a jamais connu autre chose que cette pièce dans laquelle il vit avec sa mère enfermé depuis sa naissance. Ma, a était kidnappé 7 ans auparavant et tente par tous les moyens de faire vivre une vie tranquille et paisible à Jack. Il y’a les petits rituels du matin, les jeux, la télévision, le beurre de cacahuètes mais aussi les disputes, la peur et les jours où Ma n’est pas d’humeur… Je ne veux pas vous en dire trop sur le film, je vous conseillerais même de ne pas regarder la bande annonce qui en révèle beaucoup à mon gout. La beauté et la puissance du film tiennent dans le simple fait que cette histoire est racontée à travers les yeux …

The Revenant de Alejandro González Iñárritu

Aujourd’hui le film à ne pas rater c’est The Revenant de Alejandro González Iñárritu réalisateur multi-oscarisés l’année dernière pour Birdman (dont on vous avait parlé) et régulièrement nommé avec Babel par exemple, ou encore Biutiful. Historiquement placé en 1800 et quelques dans une Amérique sauvage et violente où les européens débarquent pour s’enrichir, Hugh Glass (Di Caprio) est chargé de guider un groupe d’hommes dans cet environnement hostile. Mais, grièvement blessé par un ours, il devient une charge à transporter pour le groupe qui décide de s’en séparer. Le fils de Glass et deux hommes restent auprès de lui, attendant sa mort pour lui donner une sépulture digne de ce nom. Quand Fitzgerald (Tom Hardy), lassé d’attendre, tente de tuer Glass, son fils s’interpose. Sous le regard impuissant de Glass, Fitzgerald blesse mortellement son fils avant de s’enfuir. Laissé pour mort mais mû d’un désir de vengeance plus fort que tout, Glass dépassera tous les obstacles qui se dresseront sur sa route. Le film est comme son décor: sauvage, violent, magnifique et tendu. Les multiples batailles Amérindiens contre …

Ave César! de Joel et Ethan Coen

« Ave Cesar, ceux qui vont mourir te saluent! » La dernière fois que j’avais entendu cette phrase dans un film ça devait être « Gladiateur », alors à la vue du titre je me suis dit « Quoi? Les frères Coen font un peplum? » La réponse est presque, les frères nous font un « Coen » à la mode de chez eux. Avec ce ton tantôt sarcastique et drôle, tantôt sombre et violent de « The Big Lebowski » à « Burn after Reading » en passant par « Fargo » et « No Country for Old Men » c’est rare qu’ils se trompent. Ici ils reviennent tout en strass, paillette, fond de teint et poudre aux yeux sur fond de religion et de guerre froide! Le film nous immerge dans 2 journées compliquées de la vie de Eddie Manix (Josh Brolin) producteur à la tête d’un studio de cinéma dans les années 50. En effet la star de sa production phare, sur le vie de Dieu, se fait kidnapper par une groupe de communistes qui s’auto-nomme « Le Futur ». Eddie va devoir récupérer sa star tout en continuant à …

THIS IS NOT A LOVE STORY de Alfonso Gomez-Rejon

À la frontière entre Be Kind Rewind de Michel Grondy et Garden State de Zach Braff, This is not a love Story dresse le tableau d’une amitié adolescente forte et touchante. Greg est un jeune garçon banal, qui navigue dans ce monde impitoyable que représente le lycée sans faire de vagues. Avec son meilleur pote Earl, il réalise depuis petit des parodies de films cultes avec les moyens du bord. Mais la vie banale de Greg va changer quand il rencontre Rachel tout juste diagnostiquée leucémique. Cette amitié d’abord forcée par la mère de Greg qui veut prendre de soin de la jeune malade, va se transformer rapidement en une histoire forte et sincère. Le film est le gros succès de Sundance 2015 où il a réalisé le doublé Grand Prix et Prix du Public comme Whiplash l’an dernier. Et c’est amplement mérité. This is not a Love Story est un film frais et drôle malgré le thème lourd qu’il aborde. On n’est pas dans un mélo larmoyant de teenagers idiots qui font de longs …

Taxi Teheran

Taxi Teheran est un film d’une apparente légèreté qui dresse le portrait acide d’un gouvernement Iranien qui opprime et censure. Petite remise en perspective. Jafar Panahi est un réalisateur Iranien influant et reconnu sur la scène internationale (Le Miroir, Le Cercle). Il a été arrêté en 2010 pour propagande contre le régime Iranien et malgré la mobilisation du milieu du cinéma international a été condamné à 6 ans de prison et 20 ans d’interdiction de réaliser, scénariser, donner des interviews et quitter son pays. En 5 ans, il est quand même parvenu à réaliser 3 films qui, par des moyens parfois aussi improbable qu’une clé USB dans un gâteau, réussissent à sortir d’Iran et à rencontrer son public. Le film se situe dans un seul lieu, le Taxi. Le réalisateur reconverti en chauffeur et les différents passagers qui se succèdent à bord, nous livrent chacun des bribes de leurs histoires et dévoilent petit à petit le visage du Téhéran d’aujourd’hui. Ces rencontres tantôt drôles tantôt dramatiques semblent très souvent bien réels. Le film est en …

Still Alice de Richard Glatzer et Wash Westmoreland

Il faut quelques jours pour digérer STILL ALICE. Un de ces films où on a du mal à dire à la sortie c’était bien, parce qu’on vient de passer un moment intense et pas forcément funky. En effet le film de Richard Glatzer et Wash Westmoreland, adapté du roman de Lisa Genova, nous met sans détour et frontalement face à la maladie et soyez prévenus vous n’aurez pas vraiment la place pour souffler. On suit le destin d’Alice, professeur renommée de Linguistique à l’Université, mère de trois grands enfants, la cinquantaine, qui découvre qu’elle est atteinte d’un Alzheimer précoce. Le film avance et la maladie progresse encore et encore et Alice tente par tous les moyens de rester elle-même tant bien que mal. Le film est concentré sur Alice, ce qu’elle ressent, comment elle tente de comprendre ce qui lui arrive, de le combattre, de l’accepter elle-même. Mais le film effleure aussi sa relation avec sa famille, ses enfants qui réagissent différemment à cette épreuve, son mari qui tente de continuer le chemin plus ou …

Imitation Game de Morten Tyldum

Imitation Game du réalisateur norvégien Morten Tyldum, suit le destin de Alan Turing et de son équipe de cryptographes chargés par le gouvernement britannique de décrypter le code Enigma utilisé par les Nazis pendant la seconde guerre Mondiale. Alors pourquoi faut-il aller voir Imitation Game demain en salle ? D’abord pour l’histoire. Basée sur des faits réels, le réalisateur nous dessine l’histoire d’un homme hors du commun investi, passionné, obsédé par une tache hors du commun. Ensuite pour l’Histoire parce que ce fait de guerre incroyable a été passé sous silence et gardé top secret des années après la fin de celle-ci. C’est un peu comme rentrer dans les coulisses de l’Histoire (Stéphane Bern en moins !), on se sent le témoin privilégié d’un secret. Et puis pour l’homme, Alan Turing, dont on livre ici un portrait sans concession. On nous présente une homme torturé, fondamentalement différent des autres, très dur en apparence, sans scrupule et semble-t-il parfois, sans sentiment. Mais c’est aussi un film de guerre qui aborde la société de l’époque et ses faiblesses et …

Birdman de Alejandro González Iñárritu

Le réalisateur Alejandro González Iñárritu, connu notamment pour Babel avec Brad Pitt et Biutiful avec Javier Bardem, revient ici dans un film barré, nommé 7 fois au Golden Globe et au casting 5 étoiles: Michael Keaton, Zach Galifianakis, Edward Norton, Naomi Watts et Emma Stone. Birdman décrit le retour a broadway d’un acteur has been connu pour avoir incarné un super-héro de trilogie. Riggan Thompson veut renouer avec la célébrité et prouver qu’il est metteur en scène, acteur et pas seulement Birdman. Le clin d’œil à Michael Keaton et Batman est plus qu’évident et questionne sur le métier même d’acteur, cet amour démesuré ou ce rejet violent que le public peut avoir. Le film est tourné comme un long plan séquence, très déroutant au départ, il devient de plus en plus jubilatoire plus le film avance et devient partie intégrante de la folie ambiante. Pour faire vite, nous avons Riggan Thompson (Michael Keaton) qui semble avoir des pouvoirs et entend des voix, en l’occurrence celle de Birdman lui-même, sa fille/assistante (Emma Stone) qui sort de cure de …